ABEIL-CI

Accueil > Actualités > Routes : les constructeurs d’Afrique du Nord "attaquent" le marché (...)

Routes : les constructeurs d’Afrique du Nord "attaquent" le marché ivoirien

SOROUBAT, Arab Contractors, etc. Les Grands chantiers d’infrastructures routières en Côte d’Ivoire attirent du monde et surtout de grands constructeurs d’Afrique du Nord qui tentent de démontrer que le marché du BTP sur les bords de la lagune Ebrié n’est plus la chasse gardée des entités françaises.

Sur le site du pont de Jacqueville, fraichement livré samedi l’entreprise égyptienne Arab Contractors a étalé son savoir-faire malgré les péripéties qu’a connu le projet lancé depuis 2009.

L’ex-PDG du groupe aujourd’hui premier ministre d’Egypte ne croit pas si bien dire quand il affirme que le pont est un symbole de coopération sud-sud. Un champ d’opportunités vers lesquels les groupes d’Afrique du Nord foncent tête baissée.

« Ce pont qui reflète le succès des relations bilatérales entre la Côte d’Ivoire et l’Egypte (…) renforce également les liens entre Abidjan et le Caire », a confié Ibrahim Mahlab.

A côté de Société tunisienne, SOROUBAT, qui a réalisé le prolongement de l’autoroute Abidjan-Singrobo jusqu’à Yamoussoukro, Arab Contractors est un bel exemple de l’offensive nord-africaine en Côte d’Ivoire. Le groupe égyptien, notons-le, a aussi décroché le marché de modernisation d’une aérogare de fret à l’aéroport international d’Abidjan. Un marché de près de 20 milliards.

Ces deux groupes qui ont en commun les soubresauts socio-politiques qui ont secoué leurs pays respectifs sont à la conquête de nouveaux marchés quitte à bousculer les partenaires traditionnel que sont les entreprises françaises. A lui seul, le groupe Bouygues a décroché le marché de plus de 152 milliards pour la construction du pont Henri Konan Bédié. Sans compter le projet du deuxième Terminal à conteneurs (TC2) au Port d’Abidjan confié à un consortium conduit par le groupe Bolloré.

Les cartes sont donc tirées en attendant la venue de l’expertise marocaine qui de toute évidence sera chargée de la réalisation du pont entre Cocody et le Plateau. Le Roi Mohammed VI, selon des sources proches du gouvernement ivoirien, s’est montré particulièrement enthousiaste pour réaliser cet ouvrage.

Le Maroc est par ailleurs fortement impliqué dans la mise en œuvre de la politique de commercialisation des routes en Côte d’Ivoire à travers un partenariat de formation et de renforcement des capacités des agents du Fonds d’entretien routier (FER) en charge de l’exécution du péage sur les axes routiers.